Rétrospective année 2018

Article rédigé le Mercredi 2 Janvier 2019 par florian - Dernière mise à jour le Samedi 23 Février 2019
 
 

L'année 2018 s'est montrée riche en événements météo aux quatre coins de la France. AGATE Météo vous propose un retour sur l'année 2018 à travers quelques faits marquants:

  • Début d'année très pluvieux - Janvier

Dès le début d'année, un régime de temps très humide s'était mis en place. Le réseau hydrographique du pays s'est assez rapidement trouvé saturé. Les inondations se sont donc multipliées en raison du débordement des différents cours d'eau, notamment en région parisienne. Aussi, certains bassins de stockage étaient quasiment à saturation ce qui ne leur permettait plus de jouer leur rôle de "tampon". La Seine a atteint les 6 mètres 20 au coeur de la capitale.

Le coût des inondations fût estimé à plus de 150 millions d'euros pour 275 communes reconnues en état de catastrophe naturelle par l'État.  

  • Neige remarquable à Paris - Février

Entre le 6 et le 7 février, un épisode neigeux remarquable a concerné la région parisienne avec 12 cm mesurés au centre de la capitale, 15 à 20 cm du côté des Yvelines. Conséquence, de nombreux automobilistes se sont retrouvés piégés, devant abandonner leur véhicule pour rejoindre divers centres mis à disposition par les autorités.
Cet épisode neigeux a été suivi par de très fortes gelées notamment sur l'Île de France où la couche de neige a permis au mercure de plonger plus facilement en cours de nuit. 

  • Année la plus foudroyée depuis le début des mesures  il y a 30 ans (725 000 éclairs)

Le Sud-Est et l'Est ont été particulièrement concernés par les dégradations orageuses. L'activité électrique s'est montrée si intense que l'on a mesuré un peu moins de 725 000 impacts de foudre (724 953 précisément) en France en 2019. Cette situation de forte activité électrique s'explique par la récurrence de situations météorologiques bloquées avec un flux faible. Ces situations ont autorisé le développement d'orages violents et très pluvieux.

  • Année la plus chaude jamais enregistrée (14°C de moyenne ; excédent de 1,4°C)

Tout au long de l'année, la tendance au réchauffement s'est confirmée avec à l'arrivée un excédent des températures de 1,4°C plaçant 2018 au sommet des années les plus chaudes sur la France depuis le début des relevés ! L'ensemble des mois a connu une anomalie positive des températures sauf pour février et mars dans une moindre mesure.

  • Importante sécheresse printanière et estivale

Une sécheresse s'est abattue sur quasiment l'ensemble du pays contrastant avec le début d'année qui s'était montré très copieux en terme de précipitations. Cette sécheresse était si importante que certains cours d'eau se sont retrouvés à sec pendant de nombreuses semaines. Ce fût le cas de certains tronçons du Doubs qui a retrouvé un niveau bien plus convenable en fin d'année 2018. 
Ce manque d'eau a eu un impact non négligeable sur les cultures aussi bien durant la haute saison qu'au début de l'automne. Les conséquences économiques ont donc été notables sur les exploitations agricoles qui bien souvent ont subi de grosses pertes de production. 

  • Inondations historiques dans l'Aude

C'est du côté de Trèbes que le record le plus marquant a été établi. Avec une hauteur de 7 mètres 66, le record de 1891 (5 mètres 45) a largement été dépassé. Les conséquences ont été dramatiques sur les rives de l'Aude ainsi qu'au niveau de ses différents affluents. Cette catastrophe s'est produite notamment suite aux pluies diluviennes tombées entre le 15 et 16 octobre.

  • Été très chaud

Tout au long de la période estivale, la France s'est retrouvée au sein de masses d'air chaud voire très chaud. Les températures en ont donc profité pour atteindre des valeurs parfois records notamment à Lille avec 37,6°C le 27 juillet, battant plus d'un degré le précédent record absolu de chaleur de la ville.
Cet été 2018 est le deuxième le plus chaud depuis que des relevés sont effectués sur le territoire national avec plus de 2°C au-dessus des normales. La palme revient toujours à l'été 2003 avec plus de 3°C. 


 
 

Sur le même sujet

Commentaires